• Benoît ROSTAND

Passer du fuel ou du gaz à un chauffage écologique

Dernière mise à jour : juin 7


La France, comprenant tous ses départements et territoires ultra-marins, est responsable de 0,9% des émissions de dioxyde de carbone par an selon les derniers chiffres publiés par l’ADEME (2016). Partant de ce constat, nos énarques ont décidé, sans concertation, que les chaudières fonctionnant au fuel n’existeront plus en 2029.


Plus de 37.500 licenciements découleront de cette décision. Il ne faut pas oublier qu'une cuve de fuel nécessite un contrôle régulier des niveaux (250 € TTC par an), ainsi qu’un plein de fuel domestique de plus en plus coûteux tous les six mois dans le meilleur des cas (entre 0,80 € et ,1,10 €/l). Pour faire ces contrôles ou remplir les cuves, des professionnels directs et indirects sont nécessaires pour éviter notamment toute fuite pétrolière.


Le gouvernement cible les dix millions de Français, dont leur habitat est équipé d’une chaudière individuelle au fuel. Les copropriétés ne sont pas encore concernées.


Ce mode de chauffage est le troisième utilisé en France métropolitaine, derrière l'électricité et le gaz. Encore, une très large majorité des bâtiments chauffés au fuel se situent dans des zones rurales, rarement desservies par le réseau de gaz.


Par quoi remplacer l’énergie fuel ? Qui paiera la facture de cet investissement pour tenter de réduire l’empreinte carbone française ?


L'empreinte Carbone représente, pour la France, moins de 0,9% de la  pollution mondiale et se situe au 3è rang européen derrière la Suède et la Norvège.

France : 51,82 g/kWh de CO2 lorsque la Belgique est à 148,58, l'Italie à 279,22, l'Allemagne à 293,33 ou l'Irlande à 357,06 g/kWh... Je n'ose révéler les chiffres du Brésil, des Etats-Unis, de l'Inde ou de la Chine (chiffre 1er trimestre 2021)

Aussi, est-il essentiel de savoir combien coûte à ce jour l'installation d'une nouvelle chaudière, étant entendu qu’il existe un crédit d’impôt portant sur la transition énergétique de 30% hors taxes sur le matériel (hors main d’œuvre), plafonné à 8.000 € pour une personne seule ou 16.000 € pour un couple !


Quelque soit le mode l’énergie de remplacement du fuel, il est nécessaire (ou conseillé) de procéder au retrait ou à l’inertage (bouchage) de la cuve. En comptant la neutralisation du conteneur et son dégazage, son retrait ou son sablage est d’environ 1.500 € TTC. Il faudra par la suite procéder aux travaux permettant à l’installation de chauffage existante de pouvoir être compatible.



1. Remplacement d’une chaudière au fuel par une chaudière à gaz


Si le gaz permet une bonne maîtrise des dépenses énergétiques, il produit encore 20% de CO² en moins, émet 50% de particules fines en moins et 100% de suies en moins que le fuel.


Solution idéale ? Remplacer une chaudière alimentée au fuel par une chaudière individuelle à gaz nécessite un investissement compris entre 1.500 € TTC et 25.000 € TTC.


Une fois retiré la cuve à fuel, il faudra raccorder la nouvelle chaudière au compteur à gaz et au réseau de distribution. Les conduits et les radiateurs existants pourront dans 90% des cas être réutilisés. Sans doute faudra-t-il simplement équiper la cheminée d’un tubage spécifique pour assurer une évacuation optimale des gaz de combustion !


Il existe de grandes différences entre les types de chaudières. La principale distinction concerne le rendement. Plus le rendement sera élevé, moins il faudra d’énergie pour produire une même quantité de chaleur. La différence se voit tant à l’installation qu’à l’usage.


En étant bref, il existe trois types de chaudière :

  • classique

  • à haut rendement

  • à condensation

Il est également possible de combiner les chaudières à gaz à des énergies renouvelables comme le solaire thermique. Mais le bilan carbone pour créer ces panneaux solaires ou encore les détruire à défaut de savoir les recycler est catastrophique.


Pourquoi ne pas installer une chaudière dite « hybride », couplant une chaudière à gaz à condensation et une pompe à chaleur. Les économies d’énergie seront exceptionnelles. Mais l’investissement à réaliser dépasse souvent les 25.000 € TTC.


Pour un investissement d’environ 26.500 € TTC, cela reviendrait, selon les régions, à une dépense flirtant tout de même les 22.000 € TTC.


Pour un investissement d’environ 3.000 € TTC, les comptes seraient simplement à l’équilibre.


ATTENTION : par une décision du 24 novembre 2020, le gouvernement de Jean CASTEX a prévu l'interdiction de l'installation de chauffage au gaz dans les pavillons neufs à compter du 1er juillet 2021 et dans les immeubles collectifs neufs à compter du 1er janvier 2024. 

2. Remplacement d’une chaudière au fuel par une chaudière électrique


Le modèle électrique semble bien plus respectueux de l'environnement… mais surtout, souvent, le réseau de gaz naturel n’existe tout simplement pas dans les zones rurales. Bref, supprimer une cuve à fuel par de l’électrique serait incontournable dans la mesure où tous les logements sont à ce jour raccordés au réseau ENEDIS.


Le remplacement du chauffage au fuel à une installation au chauffage électrique dans une maison sollicite des montants très différents selon la technologie choisie.


En effet, les prix des premiers grille-pains avoisinent 30 € l’unité, alors que le système de pompe à chaleur demandera un investissement de plus de 9.000 € TTC.


En investissant dans un équipement performant dès le départ, les factures seront réduites à leur stricte nécessité. Mais le grille-pain reste le premier réflexe dans la mesure où les sommes à investir semblent dépasser l’entendement.


Deux critères sont importants :

  • l’isolation thermique existante

  • l’espace à chauffer


Si l’isolation thermique est faible, il sera impératif de préalablement procéder à des travaux d’isolation. Sinon, seuls les murs froids et humides seront réchauffés à « un prix de dingue ».




Pour conclure, la transformation de votre système de chauffage va demander un certain nombre de travaux qu’il sera nécessaire de deviser avant toute intervention. Pour revenir à l’excuse liée à la pollution pour obliger les propriétaires de remplacer le chauffage au fuel par une alternative, il est essentiel de savoir que :

  • Le fuel est un des dérivés du pétrole, utile aussi bien pour créer de l’essence que des engrais et représente plus de 37.500 emplois (directs et indirects)

  • le gaz naturel, comme le pétrole, est une énergie fossile ne résultant pas de la transformation d’une autre énergie. Énergie jumelle du pétrole, il est fréquent de trouver du gaz naturel là où il y a du pétrole et inversement. L’avantage du gaz reste son bon rendement énergétique et sa combustion n’émettant aucune poussière, peu de dioxyde de soufre, d'oxyde d'azote ou de dioxyde de carbone

  • l’électricité française provient à 65% des centrales nucléaires !



100 vues

A l'affiche