• Benoît ROSTAND

Gazpar est le petit frère de Linky...

Mis à jour : juin 22


Même s’ils ont une durée de vie de plus de 60 ans, il est prévu de changer les 11.000.000 de compteurs de gaz actuels par des compteurs dits "intelligents" dont la durée de vie sera d'au plus une quinzaine d’année.





A noter qu’un compteur n’est pas intelligent.

Un compteur compte. C’est tout.


Un technicien, missionné par GRdF, interviendra pour poser en moins de trente minutes ce nouvel opus.



GAZPAR est le nom du compteur de gaz automatique intelligent, le frère de LINKY en électrique.


GAZPAR… Gaspard… « Gardien du Trésor » en hébreu. Tout un symbole.


Ce nouveau compteur a déjà été testé dans les années 2010 en Irlande et au Royaume-Uni ainsi que dans quatre régions françaises. Les premières estimations in situ montrent des économies potentielles de l’ordre de 2 à 3%. Ce qui signifie, pour une consommation globale moyenne de 12.000 kWh/an représentant environ 1.200 €, l’économie réalisable serait de moins de 25 € par an.


A la lecture de ces chiffres, les ministères de l’Ecologie et de l’Economie ont définitivement validé le projet le 4 septembre 2014.



Ce juteux marché est estimé à plus de 1.000.000.000 € jusqu’en 2022 pour l’installation des compteurs et ad vitam pour leur usure prématurée toutes les quinzaines d’années ! Quoique !


A partir du 1er juillet 2021, les nouvelles constructions individuelles ne pourront plus être chauffées au gaz. Il en sera de même pour les immeubles collectifs dès 2024.

Ceci avoué, GAZPAR n'a pas déclenché autant de polémiques que son frère LINKY, en raison de son mode de fonctionnement.


GAZPAR doit permettre aux distributeurs de gaz de suivre quotidiennement la consommation réelle d’énergie, afin de mieux maîtriser la demande d’énergie. Ce compteur transmettra les consommations des usagers relevées en temps réel, afin que les comptables puissent établir des factures précises, sans avance sur consommation ou estimation.


Ce compteur communicant GAZPAR est équipé d’un module radio qui transmettra deux fois par jour, en moins d’une seconde, les données de consommation de gaz naturel à un concentrateur. Ce dispositif électronique sera installé sur le toit des bâtiments concernés. Le concentrateur électronique, équipé d'une carte SIM comme les téléphones portables, transmettra les données de consommation au système d’information de GrDF qui les traitera.



Le développement de GAZPAR est financé par le tarif d’acheminement sur le réseau de distribution. S’il est noté que la charge du déploiement sera entièrement à pris en compte par les fournisseurs de gaz, il est évident que ces quelques compteurs seront payés par l’usager au même titre que le compteur LINKY.



ENGIE, comme ENEDIS, ne sont pas des entreprises philanthropiques.


L’installation de ce nouveau compteur communicant entraînera une facturation supplémentaire d’environ 2,50 € par an.


Nos gouvernants mettent en balance le coût réel du nouveau compteur (environ 0,30% de la facture finale) et les économies potentielles à réaliser (environ 2,50% des consommations antérieures). Les économies d’énergie compenseraient la hausse de la tarification.


ENGIE augmente les tarifs pour que chaque usager puisse les réduire la consommation de gaz.


Ceci dit, au-delà d’un danger pour le porte-monnaie de chacun d’entre nous, le compteur GAZPAR présente-t-il des dangers ? A ma connaissance, je n’ai eu aucun retour de catastrophe liée à son installation, contrairement à son frère LINKY.


A suivre !


147 vues

A l'affiche

Posts Récents