VOTRE ASSISTANT  IMMOBILIER

Benoît  ROSTAND

A ce jour, nombre de visiteurs :

intervient au profit des syndics bénévoles,

des conseillers syndicaux, des propriétaires, des copropriétaires

et des locataires

 

Du sur-mesure

Gestion Locative

Je vous propose également, à des tarifs forfaitaires ou à la vacation, selon vos besoins de propriétaire-bailleur de réaliser votre comptabilité et de la présenter, uniquement pour vos revenus fonciers, au Trésor Public (IR, IFI).

Je vous propose également de vous assister à la rédaction de vos baux, de vous représenter aux éventuelles réunions d’expertise (amiable ou judiciaire), de vous substituer aux réunions assemblées générales, etc.

Du sur-mesure

Transactions

Je vous propose enfin, à la vacation, selon vos besoins de propriétaire-bailleur, vendeur ou acheteur, de vous donner un avis d’expert sur les dossiers de candidats à la location, des atouts et des faiblesses de votre bien à la vente ou de celui qui vous désirez acquérir.

 

 

 

 

 

 

 

Vous comprenez que je suis auprès de VOUS

au quotidien

 dans l'assistance

à syndic bénévole et

la gestion de votre patrimoine

Des sur-mesure

 

Votre copropriété n’a pas besoin d’un syndic professionnel, et en tant que syndic bénévole, l’administratif vous ennuie ; vous avez trouvé votre locataire, mais vous hésitez dans la rédaction du bail ; vous désirez acheter un appartement, mais vous craignez la mauvaise surprise…

 

Une assistance s'impose.

 

 

 

 

 

Du sur-mesure Copropriété

Je vous propose, à des tarifs forfaitaires ou à la vacation, selon les besoins essentiels de votre copropriété, de réaliser votre comptabilité telle qu’elle est imposée par les textes actuellement en vigueur, et de la présenter en assemblée générale. Mais c’est la copropriété qui reçoit les factures des différents prestataires (assurance, eau, électricité, trésor public, etc.), les paie et en définitive gère son compte bancaire. 

Aucune réception et détention de fonds ne sera exercée par votre serviteur.

 

Je vous propose aussi de vous assister pour préparer votre assemblée générale, annuelle ou spéciale.

Encore, je vous accompagnerai lors de la rédaction des questionnaires de notaires (pré-état daté et état daté), des constats amiables, des courriers un peu plus technique intéressant votre immeuble ; de vous assister aux réunions d’expertise, etc.

Contrariés par des professionnels jugés peu réactifs eu égard aux honoraires demandés, beaucoup de copropriétés franchissent le pas et décident de se constituer eux-mêmes Syndic. Et pour les très petites copropriétés, souvent les copropriétaires ne trouvent pas de syndic professionnel, ou alors à des prix exorbitants dans la mesure où un forfait dissuasif est leur est appliqué (entre 3.600 et 4.200 € TTC - chiffres relevés entre septembre 2018 et janvier 2019), sans tenir compte du nombre de lots.

 

 

Pourquoi devenir syndic "bénévole" de son immeuble ?

 

Il existe, par essence-même, des liens étroits entre un syndic non professionnel (ou bénévole) avec les occupants de l’immeuble géré (copropriétaires et locataires). Ce syndic apporte un art de vivre différent et une motivation grandie dans la gestion de la copropriété. Il défend ses propres intérêts en même temps que ceux du syndicat des copropriétaires.

 

Cette gestion permet la proximité et la présence continue. Une surveillance de l’exécution de tous les contrats (nettoyage, plombier, serrurier, électricien, assureur, etc.) sera plus étroite et un contrôle rigoureux des fluides (eau, électricité, gaz) sera constamment réalisé. Ce qui permettra de substantielles économies. Sans compter la remise en concurrence périodique des contrats (assurance, nettoyage, électricité, ascenseur, gaz, etc.).

 

Hélas, toutes les copropriétés ne peuvent en bénéficier. Cela dépend naturellement de la bonne entente des copropriétaires entre eux. Propriétaires-bailleurs et propriétaires occupants n’ont pas les mêmes intérêts. Propriétaires retraités ou en recherche d’emploi n’ont pas les mêmes besoins, notamment en termes de chauffe des appartements que les copropriétaires occupants réputés actifs. Les copropriétaires du rez-de-chaussée n’ont pas les mêmes envies que ceux vivant sous les combles… Jeunes, âgés, aisés, nouvellement affaiblis financièrement, célibataires, en couple, avec ou sans enfants… Il y a tant de sujets de chamaillerie tant mon appartement est ma bulle d’oxygène.

 

L’intérêt du recours au syndic non professionnel est en premier lieu économique, afin de diminuer les frais représentés par les honoraires pratiqués par un syndic professionnel. Mais ce n’est pas toujours le cas dans la mesure où le syndic non professionnel est en droit de percevoir une rémunération.

 

Le recours principal au syndic non professionnel réside essentiellement dans la volonté de gérer directement la copropriété. Le syndic bénévole est personnellement engagé par les services qu’il souhaite apporter aux autres copropriétaires.

 

 

Qui peut devenir syndic non professionnel ?

 

Dans le cadre de l’administration d’une copropriété petite ou moyenne, le syndicat des copropriétaires peut décider en assemblée générale qu’un copropriétaire prenne mandat comme « non professionnel ». La réglementation permet, en effet, à tout copropriétaire ou son conjoint et ce, quels que soient la nature ou le nombre de tantièmes du lot possédé, de se voir élire syndic de son immeuble.

 

Cependant, Syndic ne s’improvise pas. Bien qu’il ne soit nullement demandé au syndic non professionnel d’être omniscient, il est conseillé d’avoir quelques notions de la loi du 10 juillet 1965 modifiée et de son décret d’application du 17 mars 1967 modifié ainsi que du décret comptable du 14 mars 2005 ; de la convention collective des gardiens et employés d’immeuble ; des obligations en matière de sécurité et de diagnostics ; des règles en matière de contrats. Il suffira de s’entourer d’expert (assistants à syndic non professionnel, avocats, notaires, architectes, thermiciens, etc.) pour l’accomplissement de sa mission.

 

Il faut, avant toute chose, être motivé, disponible et volontaire pour apprendre et assimiler les techniques de la gestion de la copropriété ainsi que les bases de la comptabilité. Il devra être attentif au bon fonctionnement de la copropriété et travailler dans l’intérêt commun des copropriétaires.

 

C’est pourquoi il est conseillé de se poser les bonnes questions avant de s’engager en qualité de syndic. Bref, le syndic bénévole devra fournir tout ce que les copropriétaires attendent d’un syndic professionnel.

 

 

Élection du syndic non professionnel

 

Comme pour tout syndic, l’assemblée générale se prononce à la majorité absolue pour élire son syndic non professionnel, élu pour une année et renouvelé autant de fois que l’assemblée générale le souhaite.

 

Il est fortement conseillé de désigner le syndic non professionnel sur la base d’un contrat afin de le responsabiliser dans sa fonction de première part, de lui permettre de se rendre compte des tâches à accomplir de seconde part, et de permettre aux copropriétaires eux-mêmes de se rendre compte du travail que cela représente de dernière part.

 

 

 Quelles sont les missions du syndic non professionnel ?

 

Le syndic non professionnel a le même rôle, les mêmes missions et les mêmes responsabilités qu’un syndic professionnel.

 

L'objet de cette mission est notamment défini par les dispositions de l'article 18 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 précitée.

 

 

Le syndic non professionnel peut se faire assister de tous professionnels, afin de mener à bien ses missions, et notamment d’un assistant à syndic comme le propose votre serviteur.

Quelles sont les garanties que le syndic non professionnel doit souscrire ?

 

Le syndic bénévole n’a aucune obligation de détenir une carte professionnelle. Toutefois, et bien qu’aucune réglementation ne l’impose, la souscription d'une assurance de responsabilité civile est fortement conseillée.

 

 

 Le syndic non professionnel peut-il se faire rémunérer ?

 

Le recours à un syndic non professionnel n’est évidemment pas sans frais pour les copropriétaires. Ces derniers devront rembourser les dépenses de téléphone, de courriers, d’assistance par des professionnels (consultant immobilier, comptable, architecte, etc.). Parfois, une rémunération peut lui voir être versée (montant qui se trouvera soumis à l’impôt sur le revenu, à la CSG/CRDS et autres fiscalités que nos gouvernants inventeront pour le plus grand bonheur de chacun d’entre nous).