Un Ministre du Logement dans l'ombre ?

Déjà un an que Jacques MEZARD, 71 ans, a été nommé Ministre de la Cohésion des Territoires, fruit de la fusion du Ministère du Logement, du Ministère de la Ville et du Ministère de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales. Implanté à Paris (75007), 72 rue de Varenne…





Qui est-il ? Qu’a-t-il fait ?



Jacques MEZARD est l'homme qui énerve ses collègues. Il n'est ni sur le terrain ni dans les médias. Plutôt ministre des champs plutôt que celui de la ville. Plutôt ministre de la ruralité que celui du logement ! Plutôt l'homme de l'ombre !


Jacques MEZARD, né le 3 décembre 1947 à Aurillac, titulaire d’un DESS en droit privé obtenu à l’Université Panthéon-Assas, a embrassé pendant une quarantaine d’année la profession d’avocat. Ce n’est que sur le tard qu’il décide de caresser une carrière politique, d’abord en ayant été élu conseiller municipal de sa ville natale entre 1994 et 2008, président de la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac depuis 2001, puis sénateur du Cantal de 2008 à 2017.


Pilier du Parti Radical de Gauche, il épouse le monde agricole et laisse un bon souvenir aux syndicats sur le travail accompli… malgré une incompréhensible opposition à l’interdiction des pesticides tueurs d'abeilles lors de la séance du Sénat du 22 janvier 2016.


En 2017, il est l’un des premiers à rallier la candidature d’Emmanuel MACRON aux élections présidentielles.


Pour le remercier, il est d’abord nommé Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation le 17 mai 2017, avant de devenir le 21 juin 2017, le Ministre de la Cohésion des Territoires en remplacement de Richard FERRAND.


En marge, il faut rappeler que Richard Ferrand, encarté socialiste depuis 1980, bras droit de l’actuel Président de la République, est le pourfendeur de la moralité en politique, à l’image de Jérôme Cahuzac en matière de lutte contre la fraude fiscale. Richard Ferrand fait face à des révélations politico-financières et devient l’arroseur-arrosé. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir été élu par ses pairs Président du groupe LREM le 25 juin 2017 à l’unanimité.


Ceci dit, personne ne connaît Jacques MEZARD et nul ne connaît précisément ses attributions en matière de logement.


Ce n’est qu’au second alinéa dudit décret qu’il est précisé que « il prépare et met en œuvre la politique du gouvernement en matière d'urbanisme et de logement ». Il n’est plus le ministre du logement tel que la France en a connu depuis des lustres, mais le ministre de la cohésion des territoires et de la réduction des inégalités territoriales. La politique du logement n’est qu’un pan de son action.


Ses missions y sont clairement définies par le décret n°2017-1075 du 24 mai 2017. Il doit :

- élaborer les règles relatives à la planification urbaine, à l'occupation du sol et à l'urbanisme opérationnel ;

- participer à l'élaboration de la législation de l'expropriation ;

- participer à l'élaboration de la législation fiscale et financière en matière d'urbanisme et d'aménagement ;

- élaborer les règles relatives au logement social, à l'accès au logement, aux relations locatives, aux aides au logement, à la réhabilitation de l'habitat ;

- élaborer la politique à mener en faveur de la qualité du logement et de l'habitat, notamment pour ce qui concerne les règles relatives à l'efficacité énergétique et à la performance environnementale de l'habitat neuf ou rénové ;

- élaborer la politique à mener en faveur de la réhabilitation et l'amélioration de l'habitat ;

- élaborer la politique à mener en faveur du logement et de l'hébergement des populations en situation d'exclusion ;

- participer à l'élaboration de la législation fiscale et financière en matière de logement et de construction ;

- élaborer la politique à mener en faveur du logement dans la ville, notamment en termes d'offre et de rénovation de logements, la politique de renouvellement urbain et la politique en faveur des quartiers défavorisés.


En résumé, il est essentiellement chargé de s’occuper du logement social, de l’amélioration de l’habitat en mettant en exergue les valeurs environnementales définies par le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, Nicolas HULOT.


Au bout d’un an, qu’a-t-il objectivement réalisé en matière de logement (et qui lui soit imputable) ?


Il y a certes quelques communications médiatiques comme les 145.000 places d’hébergement d’urgence disponibles sur le territoire français, dont 15.000 lui seraient directement attribuées.


A part cela, il s’est mis à dos une quinzaine d’association représentant les personnes handicapées en souhaitant réduire à 10% le nombre de logements neufs accessibles, au lieu de 100% à ce jour. En effet, « pour construire plus, il faut bâtir à l’économie ».


What else ? Nothing…


Le reste se fait sans lui.




Heureusement, Jacques MEZARD est épaulé par un Secrétaire d’Etat au Logement de 38 ans.


Né le 14 août 1980, titulaire d’un MBA en Économie, ingénieur des Eaux et Forêts, Julien DENORMANDIE a été conseiller économique puis adjoint au chef du service économique à l’ambassade de France en Égypte entre 2010 et 2012, conseiller auprès de Pierre MOSCOVICI, alors Ministre de l’Économie et des Finances, et de Nicole BRICQ, Ministre déléguée au Commerce Extérieur.


De 2014 à 2016, il est appelé à être le directeur adjoint de cabinet d’Emmanuel MACRON, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.


Il rejoint Emmanuel MACRON en mars 2016 pour participer à la création du mouvement En Marche ! dont il devient Secrétaire Général Adjoint.


Julien DENORMANDIE est finalement nommé Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires le 21 juin 2017, Jacques MEZARD.


Le 22 septembre 2017, il présente le plan logement du quinquennat, avec notamment :

- la reconduction des dispositifs de défiscalisation PINEL qui devaient prendre fin le 31 décembre 2017 ;

- la création d'un bail mobilité allant de un à huit mois pour les personnes en mobilité (travailleurs en formation, étudiants ou encore jeunes actifs) ;

- l’augmentation de la création de logements sociaux ;

- l’amélioration de la mobilité dans le parc actuel ;

- la création de 80.000 logements pour les jeunes.


Parce que le logement doit être au service des besoins d'aujourd'hui, la loi portant sur l'Evolution du Logement, de l'Aménagement et du Numérique, dite loi ELAN, a été adoptée le 12 juin 2018 par les députés après 90 heures de débats et 3.000 études d'amendement, et le 25 juillet 2018 par les sénateurs après 188 nouveaux amendements. Une commission mixte paritaire se réunira au 4è trimestre 2018 pour trouver un compromis entre les deux chambres sur les quelques points de désaccords.



Passé par des cabinets socialistes, il s'est mis En Marche ! mais ne doit pas rater son ELAN. En espérant que la courbe de la popularité présidentielle s'aligne sur celle des prix de l'immobilier… Ce qui ne semble pas en suivre le chemin.

Posts à l'affiche
Posts Récents